La Commission européenne souhaite davantage de transparence fiscale publique pour les multinationales

La proposition présentée le 12 avril 2016 s’inscrit dans le cadre des travaux de la Commission visant à lutter contre l’évasion fiscale des entreprises en Europe, qui, d’après les estimations, coûte chaque année aux États membres entre 50 et 70 milliards d’euros de recettes fiscales. Elle complète d’autres propositions visant à introduire l’échange d’informations entre autorités fiscales et obligerait les entreprises multinationales qui exercent leurs activités dans l’Union et dont le chiffre d’affaires global dépasse 750 millions d’euros par an à publier des informations clés, pays par pays, sur le lieu où elles réalisent leurs bénéfices et celui où elles paient leurs impôts dans l’Union. Les mêmes règles s’appliqueraient aux multinationales non européennes exerçant des activités en Europe. En outre, les entreprises devraient publier un chiffre global pour l’ensemble des impôts payés en dehors de l’Union.

Cette proposition est un moyen simple et proportionné de responsabiliser davantage les grandes multinationales en matière fiscale sans nuire à leur compétitivité. Elle concerne des milliers de grandes entreprises exerçant leurs activités dans l’Union, mais n’a pas de répercussions sur les petites et moyennes entreprises.

La proposition prévoit également de renforcer les obligations de transparence pour les activités des entreprises exercées dans des pays qui ne respectent pas les normes internationales de bonne gouvernance dans le domaine fiscal. La Commission s’appuiera sur sa stratégie fiscale extérieure pour établir aussi vite que possible la première liste de ces juridictions fiscales commune à l’ensemble de l’Union.

Pour en savoir plus

Journées européennes pour l’employeur

job-1257202_640

Les premières Journées européennes pour l’employeur se déroulent du 4 au 15 avril 2016. Plus de 150 000 employeurs dans 30 pays européens sont concernés par cette action organisée par le Réseau européen des Services de l’emploi public (PES) de même que par PES locaux, dans chaque pays. Ces services sont en effet en première ligne pour aider et accompagner les demandeurs d’emploi, y compris les jeunes chômeurs et les chômeurs de longue durée, dans leurs démarches pour rechercher et trouver un emploi. L’initiative a pour objectif la prise de contact avec un grand nombre d’employeurs afin d’encourager le dialogue les questions liées à l’emploi. En Belgique, le PES collabore avec les services nationaux pour l’emploi VDAB, Actiris et Forem. Le 13 avril, une conférence de presse commune sera tenue dans l’usine de Eddy Merckx Cycles en Belgique.

 

Plus d’info:

www.employersday.eu

Forem https://www.leforem.be/MungoBlobs/557/109/PDF_CP_EmployersDay.pdf

Actiris http://www.actiris.be/emp/tabid/130/language/fr-BE/Employeur.aspx

VDAB: https://www.vdab.be/

Video: http://employersday.eu/img/VDAB_EED_V02_MP4_H264.mp4

Christophe Van Gerrewey, Lauréat belge du Prix de l’UE pour la littérature 2016

Les noms des 12 lauréats pour l’édition 2016 du Prix de l’Union européenne pour la littérature ont été révélés aujourd’hui par le Commissaire européen pour l’Education, la Culture, la Jeunesse et le Sport, M. Tibor Navracsics. Ce prix EUPL met en lumière les meilleurs auteurs émergents d’Europe. Parmi eux: l’auteur belge Christophe Van Gerrewey pour son livre Op de hoogte (Up to Date); De Bezige Bij, 2012. Félicitations!

Pour en savoir plus sur l’auteur

Sécurité routière: faire plus d’efforts pour sauver des vies sur les routes de l’UE

the-stopper-1316962_640Les statistiques de la sécurité routière pour 2015, publiées le 31 mars 2016 par la Commission européenne, confirment que les routes européennes demeurent les plus sûres du monde, même si le rythme de réduction du nombre de personnes décédées à la suite d’un accident a récemment ralenti.

L’an dernier, 26 000 personnes ont perdu la vie sur les routes de l’UE, soit 5 500 de moins qu’en 2010. Cependant, à l’échelon européen, on ne constate aucune amélioration par rapport à 2014. En outre, d’après les estimations de la Commission, 135 000 personnes ont été gravement blessées lors d’accidents de la route dans l’UE. On estime à au moins 100 milliards d’euros le coût social (réhabilitation, soins médicaux, dommages matériels, etc.) des accidents entraînant des décès ou des blessures graves.

Les statistiques par pays montrent que le nombre de tués sur les routes reste très variable d’un pays à l’autre de l’UE, les disparités s’amenuisant néanmoins chaque année. Certains des pays qui enregistrent habituellement de bons résultats ont moins progressé, tandis que la sécurité routière s’est améliorée dans trois des pays où la mortalité est la plus élevée.

Bien qu’elle ait lentement mais constamment diminué au cours de la dernière décennie, la mortalité routière en Belgique reste toujours nettement supérieure à la moyenne de l’UE. La Belgique, qui avait enregistré un taux de 65 tués par million d’habitants en 2014, a affiché en 2015, d’après les chiffres provisoires, un taux de 67 tués par million d’habitants, ce qui représente une hausse de 4 %, alors que la moyenne de l’UE est restée stable, à 51,5 tués par million d’habitants. Par ailleurs le pourcentage de conducteurs belges qui admettent avoir des comportements dangereux est malheureusement presque deux fois plus élevé que la moyenne européenne.

Pour parvenir à réduire de moitié le nombre de morts sur les routes entre 2010 et 2020 , conformément à l’objectif stratégique que s’est fixé l’UE, des efforts supplémentaires sont nécessaires. La Belgique ainsi que les autres États membres en seront les principaux acteurs, l’action quotidienne dans le domaine de la sécurité routière se déroulant principalement au niveau national et local: faire appliquer le code de la route et les règles de sécurités routières, développer et entretenir les infrastructures, mais aussi mener des campagnes d’éducation et de sensibilisation. La Commission européenne intervient lorsqu’elle peut apporter une réelle valeur ajoutée européenne, par exemple en adoptant une législation permettant la poursuite transfrontalière des infractions routières ou en fixant des normes techniques de sécurité pour les infrastructures et les véhicules. La Commission suit activement la situation, encourage et aide les États membres à améliorer leurs chiffres de sécurité routière grâce à l’échange de données, de connaissances et d’expériences et au partage des meilleures pratiques.

Afin d’ouvrir la voie à l’automatisation des véhicules et à une meilleure gestion du trafic, la Commission prévoit d’élaborer, au second semestre de 2016, un plan directeur pour le déploiement de systèmes de transport intelligents (STI) coopératifs, permettant une communication à double sens entre les véhicules, ainsi qu’avec et entre les infrastructures routières. Grâce à ces systèmes, les véhicules peuvent s’avertir mutuellement soit directement (par exemple en cas de freinage d’urgence) soit par l’intermédiaire des infrastructures (par exemple à l’approche de travaux routiers).

Pour en savoir plus

R EU Ready – Un jeu éducatif

Comment fonctionne l’Union européenne? Peux-tu avoir une influence sur ses décisions? Sais-tu comment sont créées les politiques qui te concernent?

Et si certaines des procédures compliquées de l’UE se présentaient sous la forme d’un jeu à la fois amusant et stimulant que tu pourrais télécharger sur ton smartphone, ta tablette ou ton ordinateur portable?

C’est exactement ce qu’a fait le Comité économique et social européen (CESE) en créant un jeu qui te permet de tenir le rôle d’un membre du Comité siégeant à Bruxelles. Tu peux y défendre tes politiques, influencer tes collègues, répondre à des questions et mieux connaître l’UE et la place que le CESE y occupe.

 

Cliquez et… découvrez le jeu du CESE !

 

Publié dans News | Mots-clefs :