Crise des migrants: comprendre la réforme de Dublin

 

Le régime d’asile européen s’est effondré suite à la crise migratoire. La réforme du règlement de Dublin tend à le rendre plus juste et solidaire. Plus d’information dans notre vidéo.

Le 16 novembre lors de la session plénière, les députés ont adopté la position du Parlement sur la réforme du règlement de Dublin qui détermine quel État membre est responsable du traitement des demandes d’asile (390 en faveur, 175 contre, 44 abstentions).

Le règlement de Dublin tel qu’il est aujourd’hui ne répond plus aux besoins actuels. Cela a été clairement démontré en 2015 lorsque plus d’un million de personnes ont fui la guerre, les conflits, la persécution et ont introduit une demande de protection internationale auprès de l’Union européenne, conduisant à l’effondrement total du règlement de Dublin.

Dans son rapport, Cecila Wikström, députée démocrate-libérale suédoise et rapporteur sur le dossier établit 3 priorités :

  • Que tous les pays partagent la responsabilité des demandeurs d’asile.
  • Que les États membres ayant des frontières extérieures, premier endroit d’arrivée en Europe pour la plupart des réfugiés, endossent leur responsabilité en enregistrant tous les arrivants tout en protégeant et en maintenant les frontières extérieures de l’Union européenne.
  • Que les personnes nécessitant une protection internationale la reçoivent plus rapidement tandis que ceux ne remplissant pas les conditions pour recevoir le statut de demandeur d’asile soient renvoyés rapidement et dans la dignité.

« Nous devrions mettre en place un système qui fonctionnerait indépendamment du fait qu’il y ait un afflux important de personnes ou non. De cette manière, nous n’aurions plus à mettre en place des mesures d’urgence » dit Cecila Wikström.

Apprenez en plus sur les autres initiatives entreprises pour améliorer le régime d’asile européen commun.

Lauréat du Prix LUX 2017 : « le monde doit savoir ce que le peuple sámi a enduré »

Le film Sámi Blood a remporté le Prix LUX du cinéma 2017. L’actrice interprétant la courageuse et déterminée jeune fille sámi a accordé une interview.

 

Dans les années 30, une fille née dans une famille sámi de Norrland (nord de la Suède) allait dans une école spécialement réservée à elle et ses semblables et ne recevrait pas la même éducation que ses homologues suédois.

« Je ne veux pas être un animal dans une réserve » s’exclame Elle Marja dans le film lorsqu’elle décide de se détacher de sa famille. Au lieu d’élever des rennes, elle décide de se battre afin d’avoir une chance d’étudier à Uppsala et de devenir professeur. Elle fait face aux préjugés et à la discrimination institutionnalisée contre le peuple indigène Sámi mais sa détermination l’emporte.

« Je n’aurais personnellement jamais pu laisser derrière moi le peuple sámi et quitter ma petite sœur. Laisser les traditions sámi derrière moi, je n’aurais pas su » déclare l’actrice sur le choix difficile qu’a dû faire le personnage principal afin de pouvoir intégrer la société ordinaire.

En recevant le Prix LUX du cinéma lors de la session plénière, Lene Cecilia Sparrok (Elle Marja dans le film) a également souligné le rôle important que joue ce film pour la cause sámi : « recevoir cette récompense équivaut à une réparation et à une revanche prise pour les anciennes générations de Sámi qui ont été traitées de façon dégradante, considérées comme moins importantes et moins intelligentes ».

Lene Cecilia Sparrok a ensuite ajouté : « Le monde doit savoir ce que le peuple sámi a enduré. Ce qui est douloureux c’est que tout cela a bien eu lieu. Le film était plutôt doux. La réalité était bien plus extrême ». Retrouvez le reste de l’interview dans notre vidéo.

Lene Cecilia Sparrok et sa soeur Mia Erika Sparrok (Njenna dans le film) se sont rendues à Strasbourg ce mardi 14 novembre pour l’annonce du lauréat du Prix LUX du cinéma 2017.

Sámi Blood, une coproduction suédo-dano-norvégienne, est le premier long métrage de la réalisatrice Amanda Kernell.

Apprenez en plus sur le tournage du film dans l’interview des actrices diffusée en direct sur la page Facebook du Parlement européen. Consultez notre page Instagram pour avoir un aperçu du déroulement de la journée de cérémonie LUX.

Votre Prix LUX

Même si les députés ont déjà élu le lauréat, cela ne s’arrête pas là. Sámi Blood et les deux autres films finalistes du Prix LUX du cinéma 2017, à savoir 120 battements par minute et Western, sont toujours projetés en salle partout en Europe grâce aux Lux Film Days.

Vous pouvez encore voter pour votre film préféré, ce qui vous offrira peut-être l’opportunité d’être sélectionné pour annoncer le lauréat du Prix du Public lors du Festival international du film de Karlovy Vary en République Tchèque l’an prochain.

Soutenir le cinéma européen

« Le Prix LUX du cinéma est à l’avant plan pour promouvoir nos valeurs de tolérance fondamentales, notre solidarité et la protection de notre diversité et en même temps pour promouvoir la citoyenneté européenne et le droit de liberté d’expression ».

« Je pense également que le Prix LUX du cinéma est un signal fort en défense de l’identité culturelle européenne et de notre culture » a déclaré le Président du Parlement européen Antonio Tajani en session plénière juste avant d’annoncer le lauréat.

Durant les onze dernières années, le Prix LUX a contribué à la promotion de plus d’une centaine de films européens. Le Parlement européen a financé le sous-titrage de chaque film dans les 24 langues officielles de l’Union. De plus, le lauréat du Prix sera adapté pour les malentendants et malvoyants et recevra du soutien pour sa promotion internationale.

bouton_en_savoir_plus25pc  

Exposition « L’Etat trompeur: le pouvoir de la propagande nazie » à partir du 30 janvier 2018 au Parlamentarium

2017_PLM_Holocaust_Banner_mail_800x160_FR_V02Réservez votre date ! L’exposition L’Etat trompeur : le pouvoir de la propagande nazie propose aux écoles secondaires des visites spéciales.

Donnez à vos élèves la chance d’avoir une visite guidée et de participer à un atelier qui leur permettra de comprendre, le rôle et l’importance de la propagande, non seulement dans l’Allemagne nazie et pendant l’Holocauste, mais encore aujourd’hui dans nos sociétés contemporaines.
«L’Etat trompeur : le pouvoir de la propagande nazie» est une exposition itinérante qui examine comment l’outil de la propagande a permis aux nazis, d’abord d’obtenir un large soutien électoral dans la jeune démocratie allemande après la Première Guerre mondiale, puis d’appliquer dans les années 1930 leur programme totalitaire sous la dictature du parti unique, enfin de justifier la guerre et les massacres de masse.  Cette étude d’un cas extrême met l’accent sur les raisons pour lesquelles la propagande est un enjeu si important, invite les citoyens à la réflexion et à la recherche de la vérité.
L’exposition, produite par le Musée commémoratif de l’Holocauste des Etats-Unis (US Holocaust Memorial Museum), se déroule dans le Parlamentarium, le Centre des Visiteurs du Parlement européen. Les visites scolaires sont organisées par le Centre commémoratif et documentaire de l’Holocauste et des Droits de l’Homme Kazerne Dossin.

Quand ? Du 30 janvier au 13 mai 2018.
? Au Parlamentarium, le Centre des Visiteurs du Parlement européen (rue Wiertz 60, 1047 Bruxelles).
Comment ? Pour toute demande de réservation ou d’information, adressez un mail à stateofdeception-parlamentarium@kazernedossin.eu

Les visites scolaires :
• le mardi à 10 heures et à 14 heures ;
• +/- 90 minutes ;
• entrée gratuite ;
• les visites peuvent être faites en français, en néerlandais, en anglais ou en allemand (informez-nous avant de votre choix) ;
• il est possible de choisir un autre jour que le mardi mais uniquement sur demande et en fonction des disponibilités.

Dans votre demande de réservation, indiquez s’il-vous-plaît la date et l’heure de la visite, le nom de l’école, le nombre d’élèves, le nom et les coordonnées (mail et numéro de téléphone) de la personne de contact et/ou du professeur responsable.

Complétez votre visite :

La Maison de l’histoire européenne se trouve à cinq minutes à pied du Parlamentarium. Créée sous l’égide du Parlement européen, elle présente à partir d’une perspective européenne l’histoire de notre continent et invite ses visiteurs à développer une réflexion critique sur les événements et les expériences historiques, en examinant leurs conséquences dans le monde d’aujourd’hui et de demain. Pendant toute la durée de l’exposition L’Etat trompeur, la Maison de l’histoire européenne propose des visites spéciales consacrées au thème de la propagande qui complètent la visite au Parlamentarium. Ces visites destinées à des groupes de 25 élèves au plus durent en moyenne une heure et demie.
Pour toute information supplémentaire, contactez le service pédagogique de la Maison de l’histoire : historia-learning@europarl.europa.eu

Journée de l’égalité salariale: Déclaration du premier vice-président Timmermans et des commissaires Thyssen et Jourová

gender decision making

© European Union

À l’heure actuelle, le salaire horaire moyen des femmes en Europe est de 16,3 % inférieur à celui des hommes. La Journée européenne de l’égalité salariale, qui a lieu cette année le 3 novembre, marque le jour à partir duquel les femmes cessent effectivement d’être rémunérées pour leur travail par rapport à leurs collègues masculins, alors qu’il reste près de deux mois avant la fin de l’année.

Le premier vice-président Frans Timmermans et les commissaires Marianne Thyssen et Věra Jourová ont fait une déclaration à cet égard. Extrait:

« L’égalité entre les hommes et les femmes, y compris l’égalité de rémunération, est l’une des valeurs fondatrices de l’Union. Mais elle est encore loin d’être une réalité. Au cours des dernières années, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes est globalement resté inchangé.

Cela signifie que par rapport à leurs collègues masculins, les femmes travaillent pendant deux mois à titre gracieux. Il s’agit d’une injustice choquante et inacceptable dans l’Europe du XXIe siècle.(…) »
Lire la suite

Dans l’UE, les femmes obtiennent des résultats comparables voire meilleurs que les hommes en matière d’éducation, et pourtant cette réalité ne se reflète pas sur le marché du travail. En 2016, 33 % des femmes dans l’UE détenaient un diplôme de l’enseignement supérieur, contre 29 % des hommes. Or le taux d’emploi global des femmes est de 11,6 points de pourcentage inférieur à celui des hommes. Par ailleurs, la sous-représentation des femmes aux postes les plus élevés des plus grandes entreprises européennes persiste. En effet, seul un poste de président de conseil d’administration sur quatorze et un poste de PDG sur vingt sont occupés par des femmes.

Le socle européen des droits sociaux, qui sera proclamé par les trois institutions de l’UE le 17 novembre lors du sommet social pour des emplois et une croissance équitables, confirme l’engagement de l’UE à garantir l’égalité des sexes entre ses citoyens.

La Commission européenne a présenté, le 26 avril 2017, des propositions législatives relatives à l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée, qui offriront davantage de flexibilité et une meilleure protection aux mères, aux pères et aux aidants, qu’ils souhaitent s’absenter pour s’occuper de leurs enfants, bénéficier de modalités de travail flexibles ou reprendre le travail. La Commission invite le Parlement européen et le Conseil à faire avancer ces propositions de toute urgence.

Les 20 et 21 novembre, le colloque annuel de la Commission sur les droits fondamentaux sera consacré aux «droits de la femme en ces temps troublés».

bouton_en_savoir_plus25pc

 

 

Le Saucisson d’Ardenne, le Collier d’Ardenne, la Pipe d’Ardenne reconnus comme nouvelle Indication géographique protégée

La Commission approuve une nouvelle indication géographique protégée de Belgique

IGP logo

© European Union
 

La Commission européenne a approuvé la demande d’inscription du «Saucisson d’Ardenne»/«Collier d’Ardenne»/«Pipe d’Ardenne» dans le registre des indications géographiques protégées (IGP). Ces trois termes désignent le même produit, un saucisson fumé et séché fait avec de la viande porc ou avec un mélange de viande de porc et de bœuf. Le saucisson et la pipe sont tous deux droits et allongés tandis que le collier se présenter en arc de cercle.  La totalité de la fabrication, de la préparation de la mêlée au séchage, se déroule dans les Ardennes belges qui comprend la province de Luxembourg et celles autour de Liège et de Namur. Le caractère fumé du Saucisson d’Ardenne constitue sa principale spécificité. À la fin du XIXe siècle, le développement d’un élevage bovin mixte a incité les charcutiers à incorporer de la viande bovine dans le Saucisson d’Ardenne. Le type de viande reste en revanche imperceptible pour les consommateurs. Cette nouvelle appellation va rejoindre plus de 1410 produits déjà protégés dont la liste est disponible dans la base de données DOOR.