#SOTEU: les points forts du discours sur l’Etat de l’Union par le Président de la Commission Jean-Claude Juncker

Le président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker, a prononcé ce mercredi 13 septembre son discours sur l’état de l’Union 2017, devant les membres du Parlement européen à Strasbourg, afin de présenter ses priorités pour l’année à venir et d’exposer sa vision de la manière dont l’Union européenne pourrait évoluer d’ici à 2025 Il a présenté une Feuille de route pour une Union plus unie, plus forte et plus démocratique.

Vous pouvez voir les points forts de ce discours dans cette vidéo (sous-titres français):

Union de la sécurité: la Commission met en œuvre les priorités en matière de sécurité pour 2017

La Commission européenne a publié son rapport sur les mesures prises depuis le discours sur l’état de l’Union prononcé en 2016 par le président Juncker, en vue de renforcer la sécurité aux frontières extérieures de l’UE, d’améliorer l’échange d’informations entre États membres, de restreindre le périmètre d’action des terroristes et de prévenir la radicalisation.

Un an après ce discours, la Commission a mis en œuvre toutes les priorités liées à la sécurité définies par le président Juncker. Ce rapport fait également le point sur les progrès réalisés dans d’autres dossiers relatifs à la sécurité et examine la poursuite des travaux pour les 12 mois à venir et au-delà.

La Commission a soutenu les efforts déployés par les États membres au cours de l’année écoulée en ce qui concerne deux piliers principaux: lutter contre le terrorisme et la criminalité organisée et contre les moyens sur lesquels ils s’appuient, et renforcer nos défenses et notre résilience face à ces menaces.

Tout en exposant en détail comment les travaux dans ces domaines se poursuivront au cours de l’année à venir, le rapport présente une évaluation préliminaire de la voie à suivre après l’avis rendu par la Cour de justice sur l’accord entre l’UE et le Canada sur les données des dossiers passagers (PNR). Il également en revue les progrès accomplis dans la lutte contre la cybercriminalité et la sécurité des transports.

bouton_en_savoir_plus25pc

 

 

Demande à Volkswagen de terminer les réparations de tous les véhicules touchés par le scandale des émissions

Les autorités de protection des consommateurs de l’UE et la Commission européenne ont envoyé aujourd’hui au PDG de Volkswagen une lettre commune dans laquelle elles appellent le groupe à réparer rapidement tous les véhicules touchés par le scandale du «dieselgate».

Ce courrier s’inscrit dans le cadre d’une action concertée des autorités de protection des consommateurs de l’UE visant à s’assurer que le groupe Volkswagen respecte le droit sur la protection des consommateurs après le scandale des émissions et fait preuve d’initiative à l’égard des consommateurs concernés. Les autorités de protection des consommateurs de l’UE continuent de recevoir des informations selon lesquelles de nombreux véhicules concernés n’ont pas encore été réparés.

À l’issue de pourparlers menés avec la commissaire Jourová en 2016, Volkswagen s’était engagée à réparer tous les véhicules concernés pour l’automne 2017. Aujourd’hui, les autorités de protection des consommateurs de l’UE, sous la houlette de l’autorité néerlandaise pour les consommateurs et les marchés, demandent instamment à Volkswagen de confirmer d’ici un mois que ce calendrier sera respecté. Elles exigent une transparence totale en la matière, y compris un compte rendu détaillé de ce qui a été réalisé et de ce qui reste à faire. Volkswagen devra veiller à résoudre tout problème potentiel susceptible de survenir après la réparation, la Commission ayant exigé que tous les véhicules Volkswagen concernés soient mis en totale conformité avec les règles d’homologation.

Les autorités chargées de la CPC attendent de Volkswagen un retour d’informations sur les points suivants notamment:

  • Transparence et communication: Volkswagen devra informer chaque consommateur individuellement et dans les meilleurs délais de la réparation de son véhicule. Volkswagen devra fournir suffisamment d’informations aux consommateurs pour qu’ils puissent décider en connaissance de cause.
  • Information des propriétaires de voitures d’occasion et des consommateurs n’étant pas passés par les concessionnaires Volkswagen: Volkswagen devra maximiser ses efforts pour informer les consommateurs ayant acheté leur véhicule en dehors du réseau de concessionnaires Volkswagen ou ceux dont le véhicule ne fait pas partie du réseau (véhicules d’occasion, véhicules achetés directement auprès des importateurs).
  • La mesure destinée à restaurer la confiance: les autorités de protection des consommateurs se sont félicitées de la mesure annoncée par Volkswagen, qui vise à restaurer la confiance des consommateurs en leur donnant des garanties quant à la réparation.
  • Soutien apporté aux concessionnaires dans le cadre du processus de réparation: en vertu de la directive sur certains aspects de la vente et des garanties des biens de consommation, les fabricants veillent à la conformité par type de véhicule et les vendeurs sont responsables de tout défaut de conformité qui existe lors de la délivrance du bien. Les autorités invitent Volkswagen à mettre tout en œuvre pour faciliter le travail des concessionnaires automobiles.
  • Extension du processus de réparation: les autorités de protection des consommateurs de l’UE invitent Volkswagen à confirmer le calendrier de réparation de tous les véhicules. Si le processus de réparation ne peut être clôturé à l’automne 2017, Volkswagen devra s’engager à prolonger le délai de réparation gratuite du logiciel le temps nécessaire pour respecter son obligation de mise en conformité de tous les véhicules avec le droit européen de protection des consommateurs.

bouton_en_savoir_plus25pc

 

 

L’état de l’Union 2017: profiter des vents favorables

 

Le président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker, a prononcé aujourd’hui son discours sur l’état de l’Union 2017, devant les membres du Parlement européen à Strasbourg, afin de présenter ses priorités pour l’année à venir et d’exposer sa vision de la manière dont l’Union européenne pourrait évoluer d’ici à 2025 Il a présenté une Feuille de route pour une Union plus unie, plus forte et plus démocratique.

 

Le président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker, a déclaré aujourd’hui: «L’Europe a de nouveau le vent en poupe. Mais nous n’irons nulle part si nous ne profitons pas de ces vents favorables. […] [N]ous devons nous fixer une orientation pour l’avenir. Comme l’a écrit Mark Twain, quand les années auront passé, nous serons plus déçus par les choses que nous n’aurons pas faites que par celles que nous aurons faites. Le moment est venu de bâtir une Europe plus unie, plus forte et plus démocratique d’ici à 2025.»

Parallèlement au discours du président Juncker devant le Parlement européen, la Commission européenne a adopté des initiatives concrètes relatives au commerce, à l’examen sélectif des investissements, à la cybersécurité, à l’industrie, aux données et à la démocratie, passant ainsi immédiatement de la parole aux actes.

En outre, une série de fiches d’information publiées aujourd’hui développent plusieurs des points essentiels du discours du président.

bouton_en_savoir_plus25pc

 

Apprentissages à l’étranger: la Commission donne un nouvel élan aux stages de longue durée dans toute l’UE

À l’heure actuelle, déjà, environ 650 000 apprenants et jeunes diplômés de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP) peuvent bénéficier d’un financement au titre d’Erasmus+ pour soutenir leurs expériences de mobilité à l’étranger d’une durée comprise entre deux semaines et douze mois.

 

La Commission européenne préfinance actuellement sept projets pilotes qui proposent des apprentissages de longue durée à l’étranger. Ces projets visent à expérimenter des stages d’au moins six mois, afin de promouvoir les apprentissages de plus longue durée à l’étranger.

Pour Marianne Thyssen, commissaire européenne pour l’emploi, les affaires sociales, les compétences et la mobilité des travailleurs : «Grâce à ces projets pilotes et à notre nouvelle initiative ErasmusPro, nous devrions mettre à la disposition des apprenants de l’EFP jusqu’à 50 000 offres de mobilité de longue durée d’ici à 2020.»

À l’heure actuelle, déjà, environ 650 000 apprenants et jeunes diplômés de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP) peuvent bénéficier d’un financement au titre d’Erasmus+ pour soutenir leurs expériences de mobilité à l’étranger d’une durée comprise entre deux semaines et douze mois. Or, moins de 1 % d’entre eux passent plus de six mois dans un autre pays, malgré les avantages que présentent les stages de longue durée. Les projets pilotes lancés cette année permettront donc à 238 apprentis de suivre un stage de six à douze mois dans un autre pays de l’UE, l’objectif étant de recenser les bonnes pratiques et les obstacles en matière d’apprentissages de longue durée à l’étranger. Ces 238 stagiaires s’ajoutent aux 100 apprentis qui participent actuellement à des projets similaires financés par la Commission en 2016. Dans le cadre du travail global qu’elle accomplit pour améliorer la mobilité de longue durée des apprenants de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP), la Commission a également proposé l’initiative ErasmusPro, en décembre 2016; cette initiative deviendra opérationnelle en 2018 et permettra à 50 000 autres jeunes de passer trois à douze mois dans un autre État membre.

Les projets pilotes et ErasmusPro constituent les premières étapes de la mise en place d’un cadre européen pour la mobilité de longue durée des apprentis. Ce cadre fournira des orientations concrètes aux États membres dans le but de donner aux jeunes la chance de développer leurs compétences et d’accroître leur employabilité, tout en renforçant leur sentiment de citoyenneté européenne grâce à une expérience dans un autre pays de l’UE.

bouton_en_savoir_plus25pc